Mouvements de terrain et Gaz

La fermeture des anciennes exploitations minières n’induit pas automatiquement la disparition définitive des risques et des nuisances qui en résultent. Même non exploités, ces anciens sites peuvent en effet engendrer des désordres ou nuisances susceptibles de porter atteinte à la sécurité des personnes et des biens situés dans l’emprise des travaux miniers ou de perturber l’utilisation possible des terrains concernés. En effet, la constitution d’importants vides résiduels en souterrains, de fronts rocheux de grandes dimensions ou de dépôts de résidus d’exploitation peuvent engendrer des mouvements de terrain (fontis, affaissement, effondrement, glissement…). Ces vides miniers peuvent également être à l’origine d’émission de gaz de mine.

Les risques miniers ainsi générés peuvent se définir comme le croisement entre les aléas miniers (qui sont des phénomènes physiques susceptibles de se produire impliquant une notion de probabilité) et la vulnérabilité des enjeux (qui est le pendant de l’aléa en termes économiques ou en termes de vies humaines des aléas en question).

L’une des missions de GEODERIS est d’évaluer et de cartographier les aléas de type mouvements de terrain ou émissions de gaz de mine.

A partir de l’analyse des archives, des investigations de terrain (mesures de gaz, recensement des ouvrages miniers débouchant en surface, des désordres miniers…), de reconnaissance des travaux miniers (visite au fond, investigations par forages…), GEODERIS identifie les différents phénomènes susceptibles de se produire (affaissement, fontis, effondrement, glissement…), puis les qualifie. Le résultat de ces études se traduit généralement par la production de cartes d’aléa mouvements de terrains ou émissions de gaz de mine.

Ces cartes sont ensuite utilisées par l’administration et les collectivités pour gérer les risques existants et l’urbanisation future.

Lorsque des informations nouvelles sont portées à la connaissance de GEODERIS, ces cartes sont révisées.

En parallèle, GEODERIS peut être amené à formuler des recommandations établir ou évaluer des propositions concernant les dispositifs de surveillance des sites à risques, de prévention et de mise en sécurité. Dans le cas des mouvements de terrain, il peut s’agir par exemple de proposer des visites périodiques des anciens travaux miniers pour suivre leur évolution, ou la mise en place de capteurs. Dans certains cas, lorsque la surveillance n’est pas possible, GEODERIS peut être amené à proposer des solutions de mise en sécurité définitive des sites.

Les anciens travaux miniers peuvent également être à l’origine de désordres en surface, affectant parfois des bâtiments. Lorsque des évènements surviennent dans les bassins miniers, GEODERIS intervient à la demande de la DREAL afin d’émettre un avis sur l’éventuelle origine minière du désordre.